Ce que les responsables financiers britanniques pensent de la réforme de l'audit

Galvanize

La réforme de l'audit devient rapidement une réalité tangible au Royaume-Uni. Le 18 mars 2021, le Ministère des affaires, de l'énergie et de la stratégie industrielle (BEIS) a annoncé le début d'une période de consultation de 16 semaines sur les réformes visant à moderniser le régime d'audit et de gouvernance d'entreprise du pays - ce qui créerait un équivalent britannique de la loi Sarbanes-Oxley (SOX) américaine.

La consultation étant en cours, nous avons voulu savoir dans quelle mesure les responsables de la finance et de la conformité au Royaume-Uni sont préparés à cette réforme. Quelles sont les questions qui les préoccupent le plus ? Et, plus important encore, quelle est la prochaine étape ?

Afin de trouver des réponses à ces questions et de fournir un aperçu unique du point de vue de ceux qui seront les plus touchés, nous avons demandé à la société de recherche mondiale Censuswide d'interroger en notre nom 250 responsables de l'audit, directeurs des risques, directeurs financiers et directeurs des finances d'entreprises cotées au Royaume-Uni (dont 40 entreprises du FTSE 100). Et les résultats sont là.

Un intérêt renforcé pour la responsabilité personnelle

Dans le cadre de l'annonce faite en mars, le ministre britannique de la responsabilité des entreprises s'est adressé à tous les responsables qui siègent à la direction : "Les auditeurs et les directeurs véreux qui se sont endormis au volant doivent être tenus pour responsables. C'est pourquoi, dans le cadre de nos projets, nous veillerons à ce que le nouveau régulateur soit pleinement apte à prendre des mesures en cas de manquements graves."

C'était une déclaration forte, mais avec laquelle la majorité de nos répondants semblent être d'accord : 80 % affirment que les administrateurs devraient être tenus personnellement responsables de l'exactitude des états financiers de l'entreprise et qu'ils devraient être soumis à des amendes, à des suspensions ou à la récupération de leurs primes s'ils ne respectent pas leurs obligations en matière de rapports d'entreprise et de normes d'audit.

Lorsqu'on leur demande si les réformes proposées suffiront à responsabiliser les administrateurs et à réprimer les échecs des conseils d'administration, 75 % d'entre eux pensent que les réformes rempliront ce mandat.

Optimisme quant aux améliorations au travail

Quant à savoir si les professionnels de la finance estiment que leur travail quotidien profitera positivement d'une réforme de type SOX, les résultats sont majoritairement positifs. C'est dans ces trois domaines que nos répondants s'attendent à voir le plus d'améliorations :

  1. Leur organisation sera plus résiliente.
  2. L'environnement de contrôle s'améliorera.
  3. Le risque sera mieux géré et les décisions seront fondées sur des données.

Réaction mitigée sur l'efficacité générale

Quant à savoir si ces réformes parviendront à atteindre les objectifs plus larges du gouvernement - autrement dit, préserver les emplois britanniques, éviter les faillites d'entreprises et renforcer la réputation du Royaume-Uni en tant que destination mondiale pour les investissements - les réponses sont un peu plus mitigées.

Si 43 % de nos répondants pensent que la confiance du public dans la gouvernance des entreprises va augmenter, 23 % pensent qu'elle va en fait diminuer. En ce qui concerne la confiance des investisseurs dans les sociétés cotées en bourse au Royaume-Uni, 42 % pensent que la réforme aura un impact positif sur le marché, tandis que 30 % prédisent clairement le contraire, anticipant une baisse des investissements.

Le plus surprenant est peut-être que seuls 27 % de nos professionnels de la finance pensent que les nouvelles réformes de l'audit auront un impact réel sur la prévention des faillites d'entreprises. En fait, 43 % d'entre eux s'attendent à voir les échecs se multiplier dans la salle du conseil.

Que cela suggère que le gouvernement rate ses cibles les plus importantes ou que cela révèle une conséquence involontaire de l'éradication des malversations des entreprises (c'est-à-dire que plus on cherche, plus on trouve), les données donnent un sentiment d'imprévisibilité qui pourrait bien se refléter sur le marché.

Une technologie inefficace fait obstacle

Que pensent les professionnels de la finance de leur rôle dans le déploiement de la loi SOX britannique ? Jusqu'à présent, cela est plutôt positif : 91 % d'entre eux se disent convaincus de comprendre ce qu'une version britannique de la SOX exigerait d'eux, et 78 % se disent prêts pour son déploiement.

Cependant, s'ils ont confiance en leur préparation et en leurs capacités, cette confiance ne semble pas s'étendre à leur technologie. L'un des principaux obstacles à l'adoption des prochaines réformes de l'audit est la technologie qui n'est tout simplement pas à la hauteur de la tâche : 32 % déclarent que leur pile technologique est insuffisante et 85 % disent devoir davantage investir dans la technologie pour relever les défis de la réforme.

Ce dont les répondants disent avoir le plus besoin, c'est :

  1. Logiciel de gestion des contrôles.
  2. Logiciel de reporting et de business intelligence (BI).
  3. Logiciel d'audit interne et automatisation.

La plupart souhaitent que la loi SOX britannique soit retardée

Malgré cette envie de réforme, la confiance et l'état de préparation perçus par les personnes interrogées, plus de deux tiers d'entre elles pensent toujours que la loi SOX britannique devrait être retardée. Le calendrier idéal moyen tenait sur deux ans, un peu plus d'un tiers espérant un retard allant jusqu'à trois ou quatre ans.

Nous avons demandé à Keith Fenner, directeur général international de Galvanize, ce qu'il pense de cette situation difficile. "Les réformes du gouvernement en matière d'audit arrivent et les entreprises doivent s'y préparer", a-t-il déclaré. "Avec ou sans retard de cette réforme, il ne fait aucun doute que le Brexit et la pandémie ont déjà mis les entreprises à rude épreuve et cela ne fera qu'ajouter de la pression supplémentaire. Les organisations doivent maintenant investir dans la technologie pour créer une base solide de contrôles, ce qui conduit à une meilleure visibilité des risques, à une réduction des défaillances et à une meilleure performance globale pour contribuer à notre reprise économique collective."

Lire la suite de l'étude

Si vous êtes curieux de savoir ce que nos professionnels de la finance britanniques avaient à dire sur les réformes de l'audit qui approchent à grands pas, vous pouvez lire l'étude complète ici.

Articles liés

lang="en-US"
X

Galvanize fait désormais partie de Diligent.

Pour rester au courant des dernières recherches, ressources GRC et offres de produit, ou vous connecter à nos produits Galvanize, accédez à www.diligent.com

Accéder à Diligent Se connecter